Rémy Boussengui

Contes du Gabon et d'Afrique
http://festival-jura.com/wp-content/uploads/R-Boussengui-Arbrequiparle-Credit-Photo-Marcella-Barbieri-1024x681.jpghttp://festival-jura.com/wp-content/uploads/R-Boussengui-Arbrequiparle-Credit-Photo-Marcella-Barbieri-1024x681.jpgRémy Boussengui

 

« Lorsqu’un étranger arrive au village, les habitants l’accueillent comme un roi. Il a tous les droits, mais il a aussi un devoir, un seul, celui de faire voyager la parole, de raconter … »

C’est ce que fait ce conteur-musicien, de lieu en lieu en France et dans tous les espaces francophones. Il colporte ainsi des histoires du village et de la forêt : histoires de tortues rusées, d’arbres qui parlent, de princesses capricieuses, des contes de sagesse, sans oublier les proverbes, héritages précieux de la langue des ancêtres.

D’une voix riche et multicolore, ce conteur africain fait vivre ses histoires. Chanteur et musicien, il utilise notamment un arc musical (moungongo) dont il tire des sons étonnants, en harmonie avec l’univers de ses contes puisés dans la tradition africaine.

Ajoutez à cela une présence fascinante, et vous aurez un spectacle total, aussi simple que dense…

 
Critiques :
Un vrai bonheur de spectacle et d’homme. (Sandra Michaud, Théâtre en Rance à Dinan)

Vêtu de couleurs et riche d’histoires, Rémy Boussengui perpétue la tradition orale avec une culture grande comme l’Afrique. Ses contes ont la saveur de la vie et la sagesse de la philosophie. Pour le public, c’est un vrai bonheur de les laisser intégrer son imaginaire. (Sud-Alsace)

Conteur généreux et de belle prestance, Rémy Boussengui a eu l’art de faire entrer immédiatement les enfants dans ses histoires d’animaux, à une époque où l’homme et l’animal parlent le même langage, où le lion mange à la table du roi. Soulignant sa palabre enchanteresse des accords mélodieux de ses instruments de musique traditionnels gabonais, il n’a cessé tout au long du spectacle d’interpeller les enfants, leur demandant leur avis sur telle ou telle chute d’une histoire, sur tel ou tel personnage. Histoires amusantes, riches, et bien ficelées du «singe et de l’abeille», du «chasseur et de la mouche», elles sous-tendent, au-delà de la joie de vivre, des réflexions sur les différences de culture, sur la culture africaine, sur le pouvoir, sur la transgression des règles établies, etc. (La Montagne)

« Je conte pour ne pas m’égarer de mes racines solidement ancrées, là-bas, au Pays Gabon »

« La parole n’a pas de jambes pourtant elle marche. »

« Le conteur est un semeur généreux. Il sait que les graines plantées peuvent nourrir sans fin. Alors il y met toute son âme afin que la récolte, à laquelle il n’assistera pas, soit des plus belles. Les conteurs de mon enfance ont admirablement accompli leur dessein. »

Spectacle : « Paroles de Baobab »

Un bouquet de contes qui peuvent varier au gré de l’humeur du conteur et de la respiration du public :

« A cette époque-là, l’homme et l’animal parlaient la même langue, le lion mangeait à la table du roi, l’éléphant passait ses soirées avec les princes du royaume … »

Extrait de « Paroles de Baobab » :

Site de l’artiste / Site de l’agence